7/366 : Aujourd’hui, je pourrais écrire sur ma tête

Ce matin, j’aurais pu prendre un feutre, le décapuchonner et commencer par tracer :

  • un « F »
  • puis un « A » (ou un « a » mais les majuscules, ça veut mieux à écrire)
  • puis un « T »
  • un « I »
  • un « G »
  • un « U »
  • un « E »

Au final, pas eu besoin de le faire : les machins noirs sous mes yeux, la rafale de baillements et les innombrables gobelets de cafés ont suffit pour exprimer cette accumulation de fatigue.

Heureusement, le week-end et sa perspective de rattraper un peu de sommeil arrive !

Laisser un commentaire